BURUNDI, 50 ans d’indépendance: de l’Histoire aux histoires

Posté le 2 juillet 2012 par grandslacsafrique dans Non classé

 

1er juillet 2012, comme dans ‘L’Alchimiste’, rien n’étant hasardeux, dans ce pays à plus de 90% de chrétiens, ce jour particulier pour le Burundi, tombe un dimanche (j’y reviendrai à la fin). « En 1962, c’était aussi un dimanche », dit le retraité Capitaine KAMURARI Nicodème qui descendait le drapeau Belge alors que BURASEKUYE montait le burundais !

 « L’indépendance ne veut pas dire chasser les étrangers », mais encore, à ce 50ème anniversaire de l’indépendance du Burundi, Pierre NKURUNZIZA ajoutait, notamment, que c’est une fierté pour le pays dont il est le Président, que le Burundi chemine harmonieusement et paisiblement avec ses pays voisins.

« C’est une fierté que le Burundi existe, comme Etat », trouve aussi, Pacifique NININAHAZWE, délégué du Forum pour la société civile burundaise. C’est plus qu’ « Une fierté que le pays célèbre ses 50 ans d’indépendance avec le parti CNDD-FDD, comme parti dirigeant », se réjouissait NYABENDA, président dudit parti. Pourtant, des opinions avancent que ce parti veut s’approprier tout.

Du 28 au 30 juin, des burundais de la diaspora se réunissent à Bujumbura, mais la façon dont ces derniers ont été choisis, invités et dont ils sont pris en charge, voire l’objet de leur réunion, poussent d’autres burundais de la diaspora de  démentir : « ils ne représentent que le cndd-fdd, à l’étrangers » (Médias tel Iwacu).

Mais encore, comment expliquer que parmi les œuvres de ce cinquantenaire, on ne se limite que presque exclusivement à des biens et infrastructures du « règne » du cndd-fdd ?

Voici le parti au pouvoir, il y a 6 ans, mais de grands travaux, infrastructures (presque toutes les routes nationales, les grands hôpitaux nationaux, les barrages hydroélectriques, des industries-enfin de ce qui en reste-telle la so.su.mo- fabrique du sucre-, etc.), des services et supports de l’idéologie ou de l’intégrité nationale (les universités, des banques à commencer par la nationale, les symboles politiques tels « des monuments », des drapeaux/national & de l’Unité nationale, les accords de paix d’Arusha, etc). Oui, je suis peut être utopiste, ce n’est pas la vision du moment. Un intellectuel burundais de dire, « C’est pire qu’un déni de la réalité et de l’histoire, une malhonnêteté ». Comme si la politique n’était pas également, une science !     Un vieux contemporain de Rwagasore averti : « Qui vivra verra : la conséquence de ce que les médias, des acteurs de la vie du pays, ceux qui se disent écrivains, etc., font de l’histoire de ce pays, tout ça ne présage rien de bon dans l’avenir ». Par exemple, ça me semble grave ce qui se joue comme théâtre au Burundi. Ou encore, quelle  « communication gouvernementale» au Burundi ? Preuve ? Comment « un gouverneur de Ruyigi a osé obliger ses gouvernés, aux yeux et au su de tous, d’acheter des drapeaux à 40.000 fbu (environ 25 US$), lesquels drapeaux ont été fabriqués et offerts au Burundi, comme don, par la Chine » ? (RUFYIRI, G.). Est-ce cela, le blanchiment ou détournement d’argent/fonds publics ?

Alexis SINDUHIJE va plus loin, « Le Burundi a juste changé de colonisateurs, mais ça ne durera pas longtemps, parce que ça n’a pas de vrai piliers ». Les œufs et le beurre ! « Amagi n’amasoro » ! Ou est la différence ?

Et si le Burundi célèbre son « Jubilé d’Or », ça devrait signifier beaucoup et pour tous les burundais car, « Ce n’est pas la fête du parti cndd-fdd au pouvoir », rappel de Nyabenda et de Muhozi, I. « Le parti Uprona de Rwagasore, Héros de l’indépendance du Burundi a même été exclu de la préparation de cet événement » (SIBOMANA, T.).

C’est vrai que l’organisation de cet événement, malgré l’appui des « amis » du Burundi, accuse plusieurs lacunes dont plusieurs auraient pu être évitées. Par exemple, rappelant aussi que « Durant les cinquante ans écoulés, les différentes autorités ont échoué de construire un Burundi de tous les burundais », Nininahazwe,P., déplore que la société civile est toujours considérée comme opposant au pouvoir, même dans l’histoire de l’indépendance du Burundi. C’est une méconnaissance de l’histoire de la part de ceux qui dirigent le pays ? Le délégué du FORSC  évoque « Le rôle important de l’Eglise catholique, des femmes musulmanes de Buyenzi notamment, des Bashingantahe, dans le soutien de Rwagasore…, celui de la société civile dans la lutte en faveur de la promotion des droits humains au Burundi ».

Un cinquantenaire dans l’effroi !

Je ne veux pas revenir à la malheureuse affaire « Roi père » de l’Indépendantiste Rwagasore. Personne n’ignore que les restes de ce Roi défunt ont été déterrés et collectées dans une pompe funèbre de Suisse (Princesse KAMATARI Esther). C’est un autre dossier !

 Le vendredi, à la veille de cette célébration de l’indépendance du Burundi, alors que les responsables des associations et professionnels médiatiques demandaient aux citoyens de klaxonner comme manifestation contre les cas d’injustice et surtout contre les exécutions extrajudiciaires dont sont victimes des burundais ; en plus du verdict du 20 juin contre le journaliste RUVAKUKI Hassan, ce midi là, alertés par ces dits klaxons, des journalistes occidentaux déjà sur place accourent s’enquérir de ce qui se passe. « Pourquoi ne nous dites-vous pas que nous sommes dans un pays où tout peut éclater ?», un journaliste s’adressant à la réception de son hôtel. Le responsable de la commission chargée des préparatifs de ce cinquantenaire déclarera aussi, quelques temps après, interdisant toutes besaces aux lieux des cérémonies, jusqu’aux sacs à main, même pour les femmes, lors du défilé. « Qui craint le lion ? Personne », c’est le nom d’un jeu pour enfants. En effet, qui avait installé les deux explosifs une journée avant, à des lieux tels, les locaux de l’INSS, pourtant gardés par des commandos de la garde présidentielle ? « Montage », selon des opinions, « malfaiteurs », selon la police nationale.

Pour le cas Ruvakuki, une inquiétude personnelle, je m’adresse à vous Frère Emmanuel NTAKARUTIMANA (CNIDH), si vous me lisez : « Vous évoquez le tolet causé par le verdict : « à perpétuité contre Ruvakuki ». Tolet au sein des médias et des gouvernants. Frère, vous suggérez la sérénité, la confraternité et le suivi de l’éthique et déontologie, à la famille des médias. Aux dirigeants, vous demandez de cesser toutes actions susceptibles d’influencer la justice. A cette dernière, vous demandez le professionnalisme et l’équité. Oh, Frère, nous savons tous que vous êtes un homme sans langue de bois ; nous savons que vous occupez une position très difficile, que vous jouez un rôle délicat, maintenant au pays. Comme quelqu’un de la communication et des médias, ayant un peu appris de cette science sociale « la politique », ce n’est pas tellement ce tolet qui me fait peur. C’est plutôt les conséquences, bientôt, de ces positionnements des uns et des autres. Sur facebook, réagissant audit procès et aux klaxons du vendredi, un rwandais a écrit « ce qui se passe chez nous c’est affreux, mais ce qui se passe au Burundi, ‘n’ishyano’= c’est du poison ». Tout burundais qui se rendrait au Rwanda ou plus loin, aura à justifier. Localement, « Time will tell ». Peut être que d’abord, nos dirigeants apprendront que l’amour de la nation commence, notamment dans l’apprentissage au peuple, de l’essentiel : « Ce n’est pas une chanson ! C’est l’hymne nationale », me corrigeait Abbé Marc BARENGAYABO, compositeur de la mélodie de ce symbole national.

Une statue insultant le Prince RWAGASORE :

Ce lundi, face à cette statuette « insultant le visage du Prince Rwagasore », s’indignent des burundais contre les chinois qui l’auraient fabriquée (où est passé leur ingéniosité ?), des autorités oseront déposer des bouquets de fleur ! L’architecte chinois a daigné sortir un communiqué de presse justifiant cette déformation du visage du Prince Rwagasore. Donc, tout est fait exprès !   Oui ! Ça veut dire quoi tout ça ? (en 2007, la statuette de Gitega avait même été décapitée). C’est comme demander à un Prince Philippe de Belgique d’aller déjeuner au « Restaurant du Lac Tanganyika » (tenu par un Belge), endroit même où l’autre Prince, le burundais, a été assassiné en 1961. Enfin, si le Prince Philippe acceptait de s’y rendre pour déjeuner … !

Bref, nous étions nombreux au stade Prince Louis Rwagasore, ce dimanche. Les russes avaient, eux, livré un match de football avec une équipe locale, au même stade, ce samedi. Les chinois étaient là ce dimanche. Le spectacle était bien nourri. Très bien. Les américains dont les impressionnants buildings sont au finissage à Kigobe, étaient dans les tribunes. Tout ça pour cette fête au Burundi ? Wait and see, pour ne pas dire « Niet ! »

Mais encore, il avait été annoncé la venue de 14 chefs d’Etat. Good Luck n’est pas venu ! Du moins, pas encore. S’il avait rencontré Zuma à Bujumbura, on comprendrait beaucoup : deux puissances africaines en même temps ? Le Burundi aurait « planté sa lance, symbole de puissance, dans…=Gushinga icumu mumashinga !).

KIBAKI est là ! Normal pour un Président successeur de Nkurunziza à la tête de l’EAC. Non, c’est plusque cela, parce qu’il laisse derrière lui un pays endeuillé par des idioties religieuses ! PING, J., lui-même au sang moitié chinois, est là. Mais mieux, il est là comme Président de la Commission de l’Union Africaine, peut-être en campagne pour sa succession aussi.

Mais une autre présence serait plus significative : la présence de KAGAME (s’il traverse la frontière en voiture, comme il le fait des fois) ce lundi : pour une fois depuis 1995, le Rwanda célèbre le 1er juillet au lieu du 04 juillet, grâce à ce dit cinquantenaire. « Lorsque nous envisageons l’avenir, nous devons reconnaître que l’indépendance et la libération sont un processus. Au Rwanda, nous commençons maintenant l’étape suivante de notre parcours (. . .) dans l’unité, le respect mutuel et la responsabilité partagée » conseillait à son peuple, Paul KAGAME, ce dimanche à Kigali. (Jeune Afrique).

C’est aussi un contexte particulier, suite à la déstabilisation de l’Est de la RDC, par conséquent, des deux pays, appelés jadis, « jumeaux », le Burundi et le Rwanda. De ces visites, passons.

Oui, le Burundi entre dans l’ensemble des pays africains qui fêtent leurs cinquantenaire, à part que, comme le rappelait le Frère Liboire KAGABO : « Malheureusement, notre chère nation se classe parmi les 1ers Etats-tueurs », et pour combattre ce mal, le Burundi ne saurait s’en sortir ni seul, ni « en ne changeant pas ce qui n’a pas marché, ce qui est le grand défi des prochains cinquante ans », propose NININAHAZWE Pacifique.

 

The MACHADO

Répondre

D'autres nouvelles

Economie

Noir

Burundi, quelle vision globale?

(…) Fevrier, la RPA fait des enquetes sur la consommation ...

Burundi, une boisson tuerait des gens au su de tous.

Voici ce que l’on appellerait Dilemme en communication. Pourquoi parle-t-on ...

Burundi, une visibilité dans les autres nations ?

«Vous vous rappelez de cette séance au sein de l’Union ...

Marche sur Washington, Mythe et Realite. Quel Heritage?

Je ne peux pas enlever ma casquette d’Africain, sans etre ...

Le Pape Benoit XVI démissionne: et si les raisons étaient des Grands Lacs?

Le 28 février, ce sera la fin du mois, surement ...

Burundi, attaque au feu de la capitale ! Dieu frappe dans l’économie nationale.

  Dimanche, le Burundi est attaqué en plein poumon économique. A « 06h45, ...

OBAMA & ROMNEY, l’AFRIQUE BOYCOTTEE lors D’UN DEBAT ‘COURS ACADEMIQUE’

 Oui, le monde entier les a suivi, meme ceux qui ...

Dr NIMUBONA Julien, un ministre boite d’allumette?

 « Maman, est-ce que nous allons tous finir comme des dinosaures », ...

Burundi, « Café Présidentiel »!

Pour la première fois, le Burundi va voir  son café ...

« Le Burundi a besoin de nous »!

Des jeunes de la diaspora burundaise remorquent ceux qui veulent, ...

Burundi, 1 fbu pour sauver la vie! Françoise B.SINOUSSI est témoin!

« D’utilité publique », l’association nationale de soutien au séropositifs ...

BINGU WA MUTHARIKA meurt : Le Commonwealth entre le rire et les larmes.

  « Un monument vient de rendre son âme », diront des « africanistes » ...

Burundi, grève générale. A quoi la faute ?

Une amie de chez Karl MARX me posait une question, ...

…et le Burundi, à l’indépendance du Sud-Soudan?

Le juillet historique: Le 9 juillet 2011, date plus que ...

Ils ont dit

Burundi, comment Un Future Dignitaire sera Arreté?

Burundi, comment Un Future Dignitaire sera Arreté?

Après l’entrevue avec le Représentant des Nations-Unis au Burundi, l’ancien ...

L’Ambassadrice du foot dans les Grands Lacs, de passage au Burundi et en RDC!

  Alors que Véronique Oberli s’apprêtait à quitter la région des ...

Africa! Un palais satanique!

  « Le palais devenu satanique ! » Diane DUCRET sortait un livre sur ...

Burundi, quand le chien « Mujeri » domine les débats!

  Noonn ! Je n’accepte pas que mes concitoyens soient des « Gondoinais » ! ...

Médias, Burundi

Depuis les débuts de ce XXIè Siècle, je commence ...

Non classé

Burundi, concurrence entre chômage des jeunes et manque de vision nationale en la matière.

A quoi aura servi le premier salon de l’emploi au ...

Comment influencent-ils le monde?

Dans ma courte carrière de journaliste (10 ans), j’ai eu ...

Burundi, du cloon au Sénat!

Quel divertissement aux assises du Sénat Burundais ? S’adressant à ...

Burundi: Businde, un mouvement social ou pas?

  Près de 200 adeptes d’Eusébie retournent à Businde : 32 traduits ...

« Burundi, Charroi-Zéro ! Utopie ou mascarade de loi ? »

  Du Land-cruser V8 à zéro-véhicule(s) au service public burundais ! G.B ! Fini, ...

COMESA MEDIA AWARDS, 2012!

« Yes« , disait la maitresse des cérémonies, la Chair of kampala ...

Burundi: Francine NIYONSABA, venue de loin pour aller loin!

Francine NIYONSABA, cette jeune Burundaise est des « self made persons« . ...

Burundi, la vie se complique, les élus se la coulent douce!

Bujumbura, ce mardi, différentes organisations de la société civile, décidées ...

BURUNDI, Va-t-on changer la statue-honte de Rwagasore!

 Va-t-on changer ce « monument chinois »? http://www.jeuneafrique.com/Article/JA2687p090.xml0/ Deux semaines après, je viens ...

BURUNDI et la RDC vus de la SUISSE

LES OBERLIs et LEURS AMIS pour le BURUNDI C’est depuis 2007 ...

BURUNDI-BRESIL: Quels intérets?

  …mais aussi dans la logique d’ouvrir le Burundi à la ...

BURUNDI, 50 ans d’indépendance: de l’Histoire aux histoires

  1er juillet 2012, comme dans ‘L’Alchimiste’, rien n’étant hasardeux, dans ...

Burundi, vers une renaissance de l’Athlétisme?

  « J’ai été intéressé par la reconnaissance du Burundi  parmi les ...

EALA, De la honte à l’espoir?

  Des désaccords au sein de l’UPRONA, des désaccords au sein ...

« Burundi ft la Grèce : Nations ‘Montant’ »

Désespoirs sur désespoirs. C’est rare que le ‘montant’, c’est-à-dire, l’argent, ...

Alexis SINDUHIJE arrêté : une fiction NTARE V ou G.BINAISA ?

  Devait-il rencontrer des « autorités tanzaniennes » après des Ougandaises et Kenyanes. ...

Burundi, 50 ans d’indépendance : l’UPRONA un parti à l’image du pays ?

  Du sang versé à « Ku mugumya », lieu-symbole de l’Unité, pour ...

blogdanton |
Kabylie News |
Ensemble, Préservons Rognac... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Elections 2008 Municipales ...
| UN AUTRE MONDE EST POSSIBLE...
| Transferring the UNITED NAT...