Adieu à l’Abbé Emmanuel MUYEHE

Posté le 8 novembre 2007 par grandslacsafrique dans Non classé

Burundi-société

Bujumbura le 08/11/07

« Adieu à l’Abbé Emmanuel MUYEHE, une figure emblématique de la jeunesse burundaise » Disparu dans la nuit du 24 octobre 2007, ce n’est pas pour faire plus de mal à ceux qui sont proche à mon ancien Recteur, ou encore, Professeur à l’Université, et qui deviendra par la suite mon « conseiller » spirituel après, pour ne pas dire, un ami modèle.  Ce que je fais ici, c’est encore pour lui rendre hommage, en témoignant sur ce que je lui reconnais. 

Contexte : Je me réfère à ce que j’ai dit sur les ondes de la radio Bonesha FM, dans une émission de toute une heure, organisée et animée par Madame Erica NTANGABIRORI (proche familiale de feu Abbé Muyehe), le jeudi 25 octobre 2007, deux jour après la disparition de ce prêtre que j’ai toujours qualifié de « moderne ».

J’en prends comme témoin, Monseigneur Jean-Louis NAHIMANA (un ami de Muyehe, depuis longtemps), Monsieur Anselme KATIYUNGURUZA (son collègue professeur et ami de longue date) qui étaient avec moi au studio ; ou encore, l’Abbé Jérémie BUKENE (mon ancien condisciple, au séminaire de kanyosha) qui a tenu a appeler pour participer dans cette émission.

Mon témoignage :

Comme séminariste : Alors que j’étudiais au séminaire de Dutwe (Ruyigi), c’est en 1991 que l’Abbé Emmanuel MUYEHE passait au séminaire, et il nous a dit la messe de ce soir. Je me rappellerai toujours de ce prêtre qui a été  objet de discussion entre élèves, après la messe, même les jours d’après son passage. Certains élèves n’hésitaient même pas d’imiter sa démarche, ou son style d’habillement. Bref, il est devenu l’idole de plus d’un parmi nous autres petits séminaristes, d’autant que ses chansons religieuses, que nous trouvons dans des livrets de chants religieux, sont d’une rare mélodie.

J’ai gardé dans ma tête, l’image de MUYEHE Emmanuel, jusqu’à ce que j’aie demandé que je sois orienté à Kanyosha, un séminaire que feu l’Abbé dirigeait.

Malheureusement pour moi, à mon arrivée à Kanyosha, tous les jeunes séminaristes regrettaient son départ pour l’Italie, où il allait faire ses études, donc laissant le rectorat à un autre prêtre. Je reverrai feu abbé MUYEHE à son retour au Burundi et, comme Recteur du séminaire de Kanyosha :

Qui ne pouvait pas être fier d’être dirigé par ce prêtre d’une modernité pas commune, d’une simplicité remarquable, surtout dans son accoutrement. Il était souvent en sandale, jeans, tee-shirt. Mais les dimanches, c’était un prêtre qui savait la valeur du jour : des fois en costume, chemise et cravate dernier cris, il passait dans les corridors devant les élèves, qui des fois l’acclamaient à haute voix, alors qu’il entrait dans la sacristie  mettre l’habit du rite, alors que nous nous introduisions dans la chapelle. C’était un prêtre qui savait habiller ses homélies, par des histoires et blagues de la vie courantes, ou encore à la mode. Et tout le monde se sentait concerné.

Chaque jour, nous le voyions toujours apparaître dans les corridors dudit séminaire, quelques minutes, avant l’hymne nationale qui débutait les activités scolaires au séminaire. C’était comme un signe pour pouvoir entonner l’hymne national et hisser les couleurs nationales.

Dans l’après midi, alors qu’il pouvaient faire son sport avec des fonctionnaires de l’Etat qui utilisaient les terrains du séminaire, il préférait plutôt jouer au basket avec ses éduqués. Il aimait non seulement ce sport, mais aussi l’évolution de ses élèves, à tel point qu’il nous accompagnait même à d’autres terrains de la capitale, quand il fallait que nous livrions des matchs avec d’autres établissements. Je peux parier qu’il complexait les autres chefs d’établissements : pour avoir été capitaine de son équipe de basket, j’en été plus que fier. Il s’improvisait des fois comme coatch, et il fallait voir l’ambiance, une fois que son équipe gagnait.

Cet administratif s’est toujours battu pour la bonne marche de son établissement. Même pendant la crise, il s’arrangeait pour que les professeurs qui habitaient dans des quartiers de Bujumbura, continuent à travailler malgré des dangers qu’ils pouvaient rencontrer. En outre, nous  pouvions sentir un climat d’entente, ne fut-ce qu’en le voyant discuter avec les professeurs du séminaire, dans les jardins du séminaire le soir, après les heures de travail.

De ce genre de communication que je qualifie de « communication émancipatoire », selon ses propres enseignements, moi, comme son élève, je ne pourrais jamais oublier comment ce sociologue, mélomane, nous aidait  à passer d’agréables week-ends :

Soit en amenant son propre poste récepteur (radio) avec de la musique à la mode, soit en nous trouvant des films nouvellement sortis. Je n’avais jamais compris comment un Recteur pouvait montrer aux jeunes séminaristes un film tel « Sister act », un film qui retrace entre autre une certaine révolte, ou indiscipline de religieuses. C’est après que je pourrais comprendre que Muyehe voulait dénoncer toute sorte d’hypocrisie dans la société.

La preuve que feu Emmanuel avait d’exceptionnelles  qualités sociales, ce religieux recevait aussi  facilement des familles qui venaient lui rendre visite, régulièrement.

Comme étudiant : Professeur en deuxième cycle d’université, j’éprouvais personnellement de la jalousie à l’endroit d’autres étudiants quand, encore, en premier cycle,  nous entendions ses étudiants entrain de rigoler. C’était un sociologue communicateur de haute  qualité, qui enrichissait la science d’humour.

Il était facilement abordable, à le voir entrain de discuter avec ses étudiants, pendant les moments de pause, contrairement à certains autres professeurs. L’autre aspect que je garde de lui, c’est quand il nous demandait, si nous sentions l’énergie de revenir dans l’après-midi, surtout en période de soleil insupportable sur Bujumbura. Il nous proposait facilement de revenir à 16h, au lieu de 14h30. Nous nous sentions très à l’aise dans ses cours, la preuve étant que personne ne s’absentait au cours, même des étudiants comme moi-même, qui travaillions en même temps.

Comme journaliste : Je sais que j’ai eu toujours à proposer à mes collègues, ce sociologue comme personne source, au niveau de nos différents programmes radios. Et quand on me confiait la tache de le contacter, malgré que je ne devais pas être l’intervieweur, rare sont les fois où il n’a pas pu se disponibiliser pour nous.

D’ailleurs, comme « collègue » cette fois, j’ai eu à bénéficier de ses invitations, deux fois, à aller partager un verre avec feu Emmanuel MUYEHE, dans de meilleures buvettes de Bujumbura. Il en profitait pour me fournir de certaines remarques professionnelles, mais nos causeries ne se limitaient pas du tout aux seuls aspects professionnels. Qui ne sait pas que Emmanuel MUYEHE était un professionnel responsable, qui n’hésitait pas de donner des remarques, même à ses collègues, jusqu’à proposer des punitions si c’était nécessaire. Et chaque fois que j’avais à recevoir des professionnels de médias étrangers, il a toujours fallu que je les lui présente pour des entretiens personnels.

La dernière fois que j’ai eu à lui demander un service, ce sera le 05 Octobre 2007, alors que je recevais des journalistes Japonais de Kyodo News, il fera tout volontiers, pour que ces étrangers reçoivent une lettre d’accréditation, alors que c’était un vendredi sportif, au niveau  du Conseil National de
la Communication (CNC). Son Président, Thaddée SIRYUYUMUNSI m’en sera témoin. Et la dernière fois que j’ai eu à lui parler, c’était le 11 du même mois, alors que j’accompagnais ces collègue à l’aéroport, en saluant ces étrangers, il m’a taquiné me disant « au revoir et bon retour », alors que je ne partais nulle part. Ainsi, ce sera l’Adieu que je bénéficiais de mon encadreur dans la vie.

C’est vers 04h30minutes du 24 octobre 2007, alors que je devais ouvrir l’antenne de la matinée, un collègue avec qui nous allions ensemble au travail, nous apprenait du décès de Emmanuel MUYEHE. C’était très difficile pour moi, de savoir comment occuper l’antenne, cette matinée. Tout ce que j’ai fait, c’était d’aider mes collègues Gabriel Nikundana et Frank Kaze (qui présentaient le journal de la matinée) à trouver une dernière voix du trépassé.

Vers 11h 30, nous partirons ensemble avec une collègue, trouver un CV de feu Emmanuel à la radio qu’il dirigeait « Ijwi ry’amahoro », je peux affirmer que j’ai eu peur d’entrer avec ma collègue dans les enceintes de cette radio.

Et quand j’écrivais à mes collègues de Kyodo News de la disparition de l’Homme qui les a aidé comme il a pu, un d’entre eux m’a juste répondu un seul mot japonais « Yahaya » : « Oh mon Dieu. »

Audace MACHADO

www.isanganiro.org

 

Un Commentaire le “Adieu à l’Abbé Emmanuel MUYEHE”

  1. courtier

    sensationnelle article, merci bien.
    courtier http://www.courtierimmobilier.eu

Répondre

D'autres nouvelles

Economie

Noir

Burundi, quelle vision globale?

(…) Fevrier, la RPA fait des enquetes sur la consommation ...

Burundi, une boisson tuerait des gens au su de tous.

Voici ce que l’on appellerait Dilemme en communication. Pourquoi parle-t-on ...

Burundi, une visibilité dans les autres nations ?

«Vous vous rappelez de cette séance au sein de l’Union ...

Marche sur Washington, Mythe et Realite. Quel Heritage?

Je ne peux pas enlever ma casquette d’Africain, sans etre ...

Le Pape Benoit XVI démissionne: et si les raisons étaient des Grands Lacs?

Le 28 février, ce sera la fin du mois, surement ...

Burundi, attaque au feu de la capitale ! Dieu frappe dans l’économie nationale.

  Dimanche, le Burundi est attaqué en plein poumon économique. A « 06h45, ...

OBAMA & ROMNEY, l’AFRIQUE BOYCOTTEE lors D’UN DEBAT ‘COURS ACADEMIQUE’

 Oui, le monde entier les a suivi, meme ceux qui ...

Dr NIMUBONA Julien, un ministre boite d’allumette?

 « Maman, est-ce que nous allons tous finir comme des dinosaures », ...

Burundi, « Café Présidentiel »!

Pour la première fois, le Burundi va voir  son café ...

« Le Burundi a besoin de nous »!

Des jeunes de la diaspora burundaise remorquent ceux qui veulent, ...

Burundi, 1 fbu pour sauver la vie! Françoise B.SINOUSSI est témoin!

« D’utilité publique », l’association nationale de soutien au séropositifs ...

BINGU WA MUTHARIKA meurt : Le Commonwealth entre le rire et les larmes.

  « Un monument vient de rendre son âme », diront des « africanistes » ...

Burundi, grève générale. A quoi la faute ?

Une amie de chez Karl MARX me posait une question, ...

…et le Burundi, à l’indépendance du Sud-Soudan?

Le juillet historique: Le 9 juillet 2011, date plus que ...

Ils ont dit

Burundi, comment Un Future Dignitaire sera Arreté?

Burundi, comment Un Future Dignitaire sera Arreté?

Après l’entrevue avec le Représentant des Nations-Unis au Burundi, l’ancien ...

L’Ambassadrice du foot dans les Grands Lacs, de passage au Burundi et en RDC!

  Alors que Véronique Oberli s’apprêtait à quitter la région des ...

Africa! Un palais satanique!

  « Le palais devenu satanique ! » Diane DUCRET sortait un livre sur ...

Burundi, quand le chien « Mujeri » domine les débats!

  Noonn ! Je n’accepte pas que mes concitoyens soient des « Gondoinais » ! ...

Médias, Burundi

Depuis les débuts de ce XXIè Siècle, je commence ...

Non classé

Burundi, concurrence entre chômage des jeunes et manque de vision nationale en la matière.

A quoi aura servi le premier salon de l’emploi au ...

Comment influencent-ils le monde?

Dans ma courte carrière de journaliste (10 ans), j’ai eu ...

Burundi, du cloon au Sénat!

Quel divertissement aux assises du Sénat Burundais ? S’adressant à ...

Burundi: Businde, un mouvement social ou pas?

  Près de 200 adeptes d’Eusébie retournent à Businde : 32 traduits ...

« Burundi, Charroi-Zéro ! Utopie ou mascarade de loi ? »

  Du Land-cruser V8 à zéro-véhicule(s) au service public burundais ! G.B ! Fini, ...

COMESA MEDIA AWARDS, 2012!

« Yes« , disait la maitresse des cérémonies, la Chair of kampala ...

Burundi: Francine NIYONSABA, venue de loin pour aller loin!

Francine NIYONSABA, cette jeune Burundaise est des « self made persons« . ...

Burundi, la vie se complique, les élus se la coulent douce!

Bujumbura, ce mardi, différentes organisations de la société civile, décidées ...

BURUNDI, Va-t-on changer la statue-honte de Rwagasore!

 Va-t-on changer ce « monument chinois »? http://www.jeuneafrique.com/Article/JA2687p090.xml0/ Deux semaines après, je viens ...

BURUNDI et la RDC vus de la SUISSE

LES OBERLIs et LEURS AMIS pour le BURUNDI C’est depuis 2007 ...

BURUNDI-BRESIL: Quels intérets?

  …mais aussi dans la logique d’ouvrir le Burundi à la ...

BURUNDI, 50 ans d’indépendance: de l’Histoire aux histoires

  1er juillet 2012, comme dans ‘L’Alchimiste’, rien n’étant hasardeux, dans ...

Burundi, vers une renaissance de l’Athlétisme?

  « J’ai été intéressé par la reconnaissance du Burundi  parmi les ...

EALA, De la honte à l’espoir?

  Des désaccords au sein de l’UPRONA, des désaccords au sein ...

« Burundi ft la Grèce : Nations ‘Montant’ »

Désespoirs sur désespoirs. C’est rare que le ‘montant’, c’est-à-dire, l’argent, ...

Alexis SINDUHIJE arrêté : une fiction NTARE V ou G.BINAISA ?

  Devait-il rencontrer des « autorités tanzaniennes » après des Ougandaises et Kenyanes. ...

Burundi, 50 ans d’indépendance : l’UPRONA un parti à l’image du pays ?

  Du sang versé à « Ku mugumya », lieu-symbole de l’Unité, pour ...

blogdanton |
Kabylie News |
Ensemble, Préservons Rognac... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Elections 2008 Municipales ...
| UN AUTRE MONDE EST POSSIBLE...
| Transferring the UNITED NAT...